philippe_v_1_sized

Le 3 janvier dernier, Philippe le Long expirait il y a 576 ans. Il y a deux mois, sur France 2, un téléfilm en cinq parties retraçait les malheurs des Rois Maudits. Cette période assez trouble où régnaient les fils de Philippe IV. La série connut très joli succès d'audience et provoque une ferveur pour l'ouvrage de Maurice Druon et ce regain populaire pour les Rois de France. Cependant, le téléfilm ne mit pas l'accent sur cette période de l'accession au trône de Philippe. D'ailleurs, le téléfilm consacre que quelques minutes à cet événement préferant mettre l'accent sur le côté sentimental que sur le côté institutionnel.

Philippe, Comte de Valois est le fils de Philippe IV le bel et de Jeanne de Navarre, le frère de Louis X le Hutin et du futur Charles IV le Bel. L'avénement de Philippe V n'est pas un événement qui allait de soi et seul la mauvaise fortune de ses prédesseurs et un débat bien mené à mener ce nouveau capétien au trône.

En effet, Philippe le Long n'était pas le successeur designé de son frère. Louis X le Hutin expire en 1416 après une partie de jeu de paume. Le pouvoir ne peut être vacant. Alors, seules deux personnes peuvent lui succèder: il s'agit de Jeanne, fille du défunt roi avec Marguerite de Valois et d'un futur être qu'il a conçu avec sa seconde épouse Clémence de Hongrie.

La Reine Clémence attend alors un enfant. Pour déterminer qui sera le nouveau souverain, il faut attendre la venue de cet enfant. Pendant ce temps, le royaume doit être tenu et c'est le frère de Louis qui exerce cette tâche. Les mois se passe et la reine Clémence donne naissance à un petit garçon prénommé Jean. Jean le premier puisque le nouveau roi est né. Il est né dans la nuit du 13 au 14 novembre 1416.

L'ordre de succession peut paraître étrange puisque Louis avait une fille aînée qu'il avait eu avec sa précedente épouse. Cependant, comme ce fut le cas pour différents souverains capétiens, le premier fils, s'il vit encore, devient Roi de France à la place des Filles aînées. Le comte de Valois continue à exercer la régence jusqu'à la majorité du nouveau roi. La situation eu paru sans polémique si le jeune souverain ne fut de santé fragile et ne mourut pas cinq jours après. Des hypothèses avaient supposé que le futur roi Pïlippe était le commanditaire de la fin du roi. Quoi qu'il en soit aucune preuve le prouve.

Cependant, à la mort du jeune roi, la situation de la succession du trône de France prend, alors, une tournure inédite.

Pour la première fois depuis l'accession d'Hugues Capet au trône, un roi se trouve sans déscendance mâle. La question qui se pose est est-ce que Jeanne de Navarre doit succèder à son père ou est-ce le frère de celui-ci, le comte de Valois? La noblesse française est confrontée à ce problème. La balance penche rapidement pour l'ancien régent. La princesse Jeanne est mise en doute car sa mère avait entretenu des relations galantes.

Plus que la certitude, l'hypothétique bâtardise fait craindre les nobles. C'est Philippe, le Comte de Valois qui accède au trône sous le nom de Philippe V en novembre 1316. C'est sans compter sur son oncle, Eudes, le Duc de Bourgogne, frère de Marguerite de Valois, qui intervient à la Cour pour plaider en faveur de sa nièce. Eudes doit résigner ses prétentions à la Couronne. Dès lors, rien n'empêche Philippe V de s'imposer. Il est sacré à Reims peu de temps après.

Ce Roi règnera pendant six années. Mais, la dynastie Capétienne n'a pas résolu la question de la succession, qui comme un fantôme va réapparaître quelques années plus tard. 

Jeudi, nous évoquerons Louis BRAILLE.